Comment choisir ses semences de plantes médicinales?

Feb 10 / Caroline gagnon
Pour plusieurs personnes, le mois de février est déjà synonyme de l’arrivée du printemps. Bien que la neige et le froid soient encore très présents, c’est en février que les passionné.e.s de jardinage, comme moi, se mettent à rêver de jardins. On planifie alors l’abondance de l’été et les plantations à venir, apportant déjà un peu de soleil dans nos maisons par ce simple exercice.

Février, c’est aussi le moment de se procurer les semences que nous désirons planter. C’est pourquoi j’ai cru bon de partager avec vous quelques connaissances de base en matière de semences et de planification de jardin.
Dans cet article

Pourquoi faire des semis?

Même si elles aiment jardiner, certaines personnes décident d’attendre les ventes de semis ou de petits plants pour commencer leur jardin, une fois l’été arrivé. Bien que louable, cette stratégie est souvent beaucoup plus coûteuse et ne permet pas toujours de se familiariser en profondeur avec la plante choisie. Plusieurs plantes ne sont pas offertes en semis ou en pots. Acquérir des semences permet donc également de sélectionner les plantes que nous désirons cultiver et d’accéder à une plus large diversité.

Le choix des semences est, en fait, le premier choix qui viendra déterminer le type de jardin que l’on souhaite voir fleurir. Qu’elle soit ancestrale, biologique, locale ou qu’elle provienne tout simplement du jardin d’un.e ami.e, la semence nous en apprend déjà beaucoup sur les particularités de la plante qu’elle générera.

Il y a aussi quelque chose d’absolument satisfaisant à suivre une plante de la graine à la feuille – à la fleur ou au fruit. Lorsque je bois, en infusion, des fleurs de camomille que j’ai moi même plantées puis récoltées, c’est tout le processus de sa croissance que j’ai en tête. Elle me semble alors d’autant plus précieuse, plus riche et délicieuse. Je savoure ce moment qui me ramène immanquablement à l’été et me donne l’impression de boire une grande tasse de soleil.

Bien choisir ses semences

Lorsque vient le temps de sélectionner les semences qui seront plantées dans nos jardins, on peut parfois être submergé.e.s par l’abondance de choix qui s’offre à nous. On découvre alors une large gamme de possibilités à travers laquelle il peut être difficile de se retrouver.

Partir de soi et de ce qui nous entoure

Pour nous guider dans ce premier choix, il est alors utile de revenir à soi et plus particulièrement à l’espace dont nous disposons ainsi qu’au type d’environnement qui nous entoure. On peut donc d’abord se laisser guider par nos goûts et besoins particuliers en sélectionnant des plantes qui nous attirent et que nous utilisons fréquemment. On se demandera ensuite dans quel type d’environnement ces plantes pousseront. Ai-je un grand jardin ou un espace limité? Est-ce que les plantes bénéficieront de beaucoup de lumière ou seront-elles plutôt placées dans un espace ombragé? Aurai-je beaucoup de temps à accorder à mon jardin? Chacune des réponses à ces questions peut nous aider à orienter nos choix.

Comme je l’ai écrit plus haut, en apprivoisant la semence, on en découvre déjà beaucoup sur l’univers particulier qui caractérise chaque plante.
Connaissez-vous le cours
Materia Medica?
Il s'agit d'un voyage transformateur à la découverte  des plantes médicinales et de leurs propriétés. 

Biologiques, ancestrales ou locales?

Si l’on veut récolter un légume biologique, c’est à partir de la graine que tout commence, car certaines d’entre elles ont été modifiées à travers les années ou sont même enduites de pesticides. Il faut cependant bien se renseigner, puisqu’il existe aussi des semenciers et semencières qui pratiquent une agriculture très écologique sans pourtant avoir choisi d’obtenir la certification bio.

De manière générale, je vous conseille avant tout de vous diriger vers des semences ancestrales et locales parce qu’elles seront souvent beaucoup plus adaptées aux milieux où elles seront plantées. Au Québec, les semences ancestrales sont, par exemple, bien acclimatées aux hivers longs et rudes. Choisir des variétés ancestrales, c’est aussi contribuer à les faire prospérer et à remettre au goût du jour certaines variétés qui avaient peut-être été oubliées. Cultiver ces semences, c’est donc faire le choix de participer à une certaine diversité. Elles nous permettent aussi de découvrir un éventail incroyable de goûts, de textures et de subtilités.
 
Finalement, les semences locales sont souvent les mieux adaptées aux types de sols et aux climats particuliers qui se trouvent près de chez nous. Choisir ces semences pourrait donc garantir de meilleurs résultats, tout en constituant un choix écologique!

Les plantes médicinales au jardin

Lorsqu’il s’agit de planification de jardin, plusieurs personnes pensent d’abord aux légumes et aux fines herbes. La laitue, les tomates, les concombres sont de grands classiques des jardins de campagne ou de ville. Parce qu’il s’agit de ma plus grande passion et parce que je connais le plaisir de les cultiver, je souhaite cependant vous inviter à considérer l’ajout de quelques plantes médicinales à votre jardin nourricier.

Une agréable compagnie

Les plantes médicinales ont l’avantage de pouvoir s’intégrer harmonieusement à n’importe quel jardin. En plus de leurs qualités médicinales, elles possèdent d’autres attributs qui en font de véritables alliées pour les plants voisins. Alors que certaines éloignent naturellement les ravageurs (comme la mélisse), d’autres sauront attirer les pollinisateurs (comme la mauve ou la sauge). C’est pourquoi il est très intéressant d’inclure des plantes médicinales dans sa planification de jardin et de s’intéresser aux compagnonnages possibles.

Choisir des variétés faciles à cultiver

Cliquez sur le nom des plantes suivantes pour visionner des vidéos gratuites expliquant leurs propriétés médicinales :
Calendule
Pensée sauvage
Cataire
Échinacée

Je vous conseille également de visionner cette conférence où je parle des plantes qui peuvent être cultivées en ville, sur un balcon!

Autonomie alimentaire et autonomie du soin

Cette année, on a beaucoup entendu parler d’autonomie alimentaire et je me réjouis de voir de plus en plus de personnes s’y intéresser. Cependant, nous entendons beaucoup moins parler du rôle que les plantes médicinales peuvent jouer en matière d’autonomie. En effet, lorsqu’il est question d’acquérir plus d’indépendance, on pourrait également promouvoir une certaine autonomie du soin, en lien avec la gestion des petits « bobos » du quotidien.

En choisissant les espèces que l’on souhaite cultiver, on peut donc penser à se constituer une petite pharmacopée maison : de la menthe pour la digestion, de la mélisse pour les moments de nervosité, de la calendule pour la santé de la peau, de la camomille pour faciliter le sommeil, etc. 

Votre jardin deviendra alors, littéralement, une armoire verte où aller chercher vos remèdes.

Planifier son jardin

Commander ses semences, c’est aussi prévoir le moment où elles seront plantées, leur emplacement ainsi que le matériel dont on aura besoin pour amorcer notre jardin. Bien que tout cela demande un certain travail, il s’agit d’une activité stimulante qui nous permet surtout d’acquérir de nouvelles connaissances.

Calendrier des semis

Chacune des variétés de semences devra être plantée à un moment précis. Alors que certaines pourront être mises en terre directement au jardin. Puisque faire des semis plantés à l’intérieur – aussi appelés semis indirects – s’avère parfois complexe et demande aussi un certain investissement, on pourra privilégier les semences qui peuvent être plantées directement au jardin. D’autres devront être semées plus tôt en saison, à l’intérieur d’une serre ou de la maison. On pourra donc faire un calendrier des semis, en prenant en compte la fenêtre de croissance particulière de chaque plante.
  Afin d'apprendre à préparer vos propres semis, je vous conseille de visionner cette capsule vidéo, tournée avec mon amie Monila Schnug!
Write your awesome label here.

Faire un plan de jardin

Il est primordial d’élaborer un plan de jardin avant de nous procurer nos semences. En visualisant notre jardin, nous serons ainsi en mesure de mieux évaluer les quantités et les variétés dont nous aurons réellement besoin. Pour faire son plan de jardin, il faut bien entendu se renseigner sur les caractéristiques des plantes que nous désirons y voir pousser et, surtout, prendre en compte l’espace dont nous disposons. Encore une fois, on cherchera à cultiver des plantes qui s’adapteront bien à notre réalité, en matière d’espace, de besoins, de luminosité, etc.
Un plan de jardin peut se faire de manière toute simple : avec un papier, un crayon et parfois un ruban à mesurer, si l’on désire être plus précis.e en termes d’espacements.

Récolter ses propres semences

Pour aller un peu plus loin, on pourra aussi penser à conserver une partie de nos plants afin de les laisser monter en graines. Il nous sera alors possible de récolter les semences à partir des plants qui nous semblent les plus en santé, et donc, les mieux adaptés au climat ambiant.
En plus des forts sentiments de fierté et d’autonomie qu’il génère, ce simple geste nous permet d’entrer à notre tour dans le cycle de préservation et de conservation des semences. Par cette action, répétée depuis des centaines d’années, nous nous inscrivons au cœur de la tradition. D’année en année, cela nous permettra aussi de sélectionner les semences issues de plants qui seront de plus en plus adaptés à notre sol et à nos goûts particuliers.
Bien entendu, certaines plantes vivaces n’auront pas besoin d’être replantées l’année suivante. Il faudra alors prendre en considération leur emplacement dans le plan de jardin et s’assurer de ne pas trop remuer cette partie. La plupart de ces plantes peuvent aussi être divisées afin d’être multipliées ou partagées avec les personnes de notre entourage qui souhaitent aussi les cultiver. La menthe, la monarde, l’échinacée et la valériane sont quelques exemples de plantes vivaces qui peuvent être ainsi divisées.
En plus de nous offrir la chance d’entrer plus profondément en relation avec la terre et avec notre milieu, la récolte des semences est aussi l’occasion de fortifier nos relations humaines. Des fêtes paysannes aux échanges entre voisin.e.s, en passant par les bibliothèques de semences, plusieurs relations peuvent alors se tisser à partir de ces minuscules et merveilleuses petites graines.

Bon jardinage!

Articles qui pourraient vous intéresser

La danse des plantes : une passion pour l’herboristerie
écrit par Caroline Gagnon et Véronique Méthot | 22 juillet 2019
5 suggestions de livres d’herboristerie parus en 2020 
écrit par Caroline Gagnon | 12 décembre 2020
25 plantes médicinales à connaître et à utiliser
écrit par Caroline Gagnon| 13 mai 2020