La rose : une fleur légendaire qui orne jardins et imaginaires!

Feb 21 / Vanessa Champagne

La rose porte une symbolique puissante : elle symbolise l’amour, le romantisme, la féminité, la royauté, la beauté et la séduction. Son parfum, parmi les plus connus et utilisés, évoque toute une palette d’émotions.

Dans la mythologie grecque, une légende raconte qu’Aphrodite se piqua le pied sur les épines de roses blanches et que son sang aurait transformé celles-ci en roses rouges.

Cléopâtre aurait séduit Marc Antoine dans une chambre parsemée de roses. Un empereur chinois du Ve siècle av. J.-C. possédait, dit-on, des centaines de livres sur la culture des roses. L’impératrice Joséphine collectionnait, quant à elle, différentes espèces de roses dans son jardin du château de Malmaison, qu’elle possédait avec Bonaparte.

Offrir une rose n’est pas un geste anodin. Selon le langage des fleurs victorien, une rose blanche symbolise la pureté et les nouveaux départs, la rose jaune exprime la jalousie et l’infidélité, la rose rouge incarne la passion et l’amour, tandis que la rose de couleur rose évoque la grâce et la joie. De plus, différentes espèces auraient des significations uniques, comme la Rosa centifolia, symbole d’un amour voluptueux, ou la Rosa canina, symbole de plaisir et douleur.

Roses grimpant à une grille de portail portail

La Rosa rubiginosa, surnommée la « rose des sorcières » ou la « rose du diable » en Europe, aurait été plantée par le diable, croyait-on, dans une tentative ratée de construire une échelle vers les cieux.

En Rome antique, des roses étaient parfois peintes ou accrochées aux plafonds en l’honneur de Harpocrate, le dieu du silence, pour rappeler l’importance de la discrétion. On disait que les sujets discutés « sous les roses » devaient rester sub rosa, c’est-à-dire confidentiel.

Dans la mythologie romaine, Cupidon offrit une rose à Harpocrate en échange de sa discrétion quant aux aventures amoureuses de sa mère, Vénus. C’est ce mythe qui donna naissance à l’expression latine sub rosa.

Les Romains avaient d’ailleurs un festival extravagant dédié à la rose : le festival Rosalia (ou Rosaria).

En anglais, le mot « rosary » (chapelet en français) viendrait du latin rosarium, qui signifie « guirlande de roses ». Dans la religion chrétienne, la rose est également fortement associée à la Vierge Marie, bien que la religion s’y soit opposée longtemps, vu le lien entre la rose et une certaine décadence dans les traditions romaines.

Dans la littérature, la rose captive notre imaginaire. Que ce soient les buissons de roses derrière lesquels se cache la Belle au bois dormant, les célèbres répliques de Shakespeare (notamment dans Roméo et Juliette), la rose enchantée de la Belle et la Bête, la rose éternelle du Petit Prince ou la tour de roses qui aurait emprisonné Merlin dans la forêt de Brocéliande, on la retrouve dans nombre de récits.

Culpeper, un herboriste, botaniste et médecin du XVIIe siècle, utilisait la rose pour les nausées, les toux, les hémorragies et les menstruations abondantes. À l’époque médiévale, l’eau de rose était employée contre la mélancolie et les empoisonnements.

Durant la Seconde Guerre mondiale, les enfants étaient payés pour amasser les cynorhodons, le fruit du rosier, afin d’en faire un sirop très apprécié. Le cynorhodon est parfois appelé vulgairement « gratte-cul », car il contient des poils urticants. Il est parfois aussi appelé « gousson ».

Roses rouges sur rosier

Maia Toll, herboriste et auteure, contemple la poésie de la rose en soulignant que cette fleur, bien que douce et délicate, est aussi épineuse. Une contradiction? Non, puisqu’elle affirme que : « La rose sait que pour vivre pleinement l’amour, il faut avoir une solidité, tout en ayant la capacité de s’ouvrir pleinement » (traduction libre). Pour Lathisha Guthrie, auteure de « The Herbcrafter's Tarot », la rose nous rappelle que nous pouvons être vulnérables, tout en étant résilient.e.s.

La rose demeure aujourd’hui un symbole intemporel de l’Amour. Durant cette saison de la Saint-Valentin, nous espérons que la rose sera la messagère de vos sentiments les plus doux!

Références : Toll (2018), Guthrie (2019), Barbeau-Lavalette (2023), Bundy et Belew (2023), Inkwright (2019), Wikipédia (2023), KEW; Lawrence (2020), Shulke (2022), Boeckmann (2023), BBC; Bekhrad (2020)
Images : (1) https://www.pinterest.ca/pin/473511348311793321/; (2) Colin-Maynard sur Unsplash; (3) Ricardo Resende sur Unplash 
Connaissez-vous le cours
Materia Medica?
Il s'agit d'un voyage transformateur à la découverte  des plantes médicinales et de leurs propriétés. 

Articles qui pourraient vous intéresser

25 plantes médicinales à connaître et à utiliser
écrit par Caroline Gagnon | 13 mai 2020
Comment se soigner avec les aliments et les épices
écrit par Caroline Gagnon et Véronique Méthot | 2 octobre 2019