25 plantes médicinales à connaître

Parudans le Guide Ressources, mai 2003Camomille - Matricaria recutitaUtilisez les 25 plantes médicinales les plus accessibles pour soigner

  • enfants

  • infections

  • nerfs

  • digestion

 

 

 

  Vous voulez en savoir plus ?

Se soigner avec les plantes médicinales, c’est un mode de vie. C’est apprendre à connaître ses alliées quotidiennes et ses propres limites dans la gestion de sa santé.Se soigner avec les plantes médicinales, c’est un mode de vie. C’est apprendre à connaître ses alliées quotidiennes et ses propres limites dans la gestion de sa santé. Dans cette optique, il ne faut pas attendre d’être très malade pour se soigner mais plutôt choisir la ou les plantes qui aident à rétablir les déséquilibres aussitôt qu’ils se font sentir.

Il n’est pas question ici de remplacer les médicaments par des plantes, mais de parler du soutien qu’elles peuvent apporter au corps dans son processus de guérison. Bien qu’il soit difficile de faire une sélection, j’ai choisi 25 plantes polyvalentes et facilement disponibles, quelques-unes faisant même déjà partie de nos cuisines ! Cette façon de faire rétablit et dynamise notre relation intime aux richesses que la Terre nous offre, en plus de nous redonner un sentiment d’autonomie envers notre propre santé. En accord avec les principes soutenant la santé de la Terre, des plantes elles-mêmes et de la nôtre en bout de ligne, je vous suggère de choisir des produits d’herboristerie traditionnelle de culture biologique. Il s’agit de plantes transformées de façon simple, à l’aide de solvants alimentaires non toxiques et dont les matières premières jouissent d’une vitalité remarquable. Vous trouverez d’ailleurs toutes les plantes mentionnées dans cet article chez les herboristeries traditionnelles québécoises. Par ailleurs, au fil de votre lecture, vous remarquerez que bon nombre de plantes médicinales possèdent plus d’une vertu. C’est là la magie de l’herboristerie.vous remarquerez que bon nombre de plantes médicinales possèdent plus d’une vertu. C’est là la magie de l’herboristerie Chaque personne développe ses propres affinités avec les plantes, chacune ayant plusieurs usages possibles. Ceci fait aussi en sorte qu’il est difficile d’établir des catégories bien précises des meilleures plantes. En vous renseignant un peu, vous verrez que chaque herboriste a ses plantes préférées. En lisant sur les plantes, vous ferez vous aussi vos propres découvertes !

 

MODES D’UTILISATION

Infusion, infusion courte, décoction, teinture, huiles ou onguents ? Voici de quoi démêler tout ça… Lorsqu’on prépare une infusion, on dépose feuilles, fleurs ou racines d’une ou de plusieurs plantes au fond d’un contenant et on y verse de l’eau bouillante. On laisse ensuite reposer au moins une demi-heure puis on tamise le liquide avant de boire. Dans le cas d’une infusion courte, on laisse infuser seulement 10 minutes. Commencez par utiliser l’équivalent d’une cuillère à thé de plante par tasse d’eau et ajustez ensuite la quantité au goût. Pour faire une décoction, on ajoute de l’eau froide à la plante sèche déposée dans une casserole. On amène le tout à ébullition et laisse mijoter doucement de 20 à 30 minutes. On fait ensuite refroidir et on tamise avant de boire. Les teintures sont des extraits de plantes préparées à l’aide d’alcool. Les extraits liquides de plantes peuvent aussi être préparés à l’aide de vinaigre de cidre ou de glycérine végétale. On en dilue habituellement quelques gouttes, selon le dosage recommandé, dans un peu d’eau ou de jus pour les consommer. En usage externe, on peut aussi utiliser des huiles macérées et des onguents. Dans le premier cas, on a simplement laissé macérer les plantes dans une huile végétale, puis on a tamisé la préparation. Dans le second, cette huile macérée a été solidifiée avec de la cire d’abeille ou de la lanoline, une graisse issue de la laine de mouton.

PLANTES NUTRITIVES ET TONIQUES

Les plantes dont il est question ici peuvent être consommées tous les jours. Les plantes dont il est question ici peuvent être consommées tous les jours. En plus d’être efficaces contre certains problèmes de santé, elles apportent de grandes quantités de nutriments, tonifient et dynamisent l’organisme entier ou un système en particulier. Ces plantes travaillent subtilement, mais leurs effets sont cumulatifs et se font sentir en profondeur. On les prend surtout en infusion, à raison de une à trois tasses par jour, à tour de rôle pour le plaisir ou sur de longues périodes pour profiter de tous leurs effets bénéfiques.

Avoine (Avena sativa)

Plante particulièrement nutritive pour le système nerveux, l’avoine convient aux personnes tendues ou apathiques qu’elles soient enfants ou adultes. Elle favorise la concentration, le sommeil et la capacité d’évoluer sainement dans un univers survolté. L’avoine offre un bon soutien pendant la grossesse, en cas de carence alimentaire ou de sevrage. Préparez une infusion avec les parties aériennes vertes. Cette infusion peut aussi être ajoutée au bain en cas de démangeaisons.

Ortie (Urtica dioica)

Riche en magnésium et en fer, l’ortie tonifie les reins. Elle aide les personnes qui présentent des troubles liés à l’accumulation de toxines dans le corps : maladies de peau, allergies, arthrite, cancer… Elle donne de l’énergie tout en régularisant la glycémie et en diminuant les effets néfastes du stress continu. L’ortie est une bonne alliée pour les femmes enceintes ou qui allaitent. Préparez une infusion avec les feuilles de la plante.

 

 

 

 

Molène (Verbascum thapsus)

La molène est l’amie des muqueuses, particulièrement celles du système respiratoire. Elle les nourrit, elle atténue leur sensibilité et augmente leur résistance. Cette plante est l’alliée numéro un des fumeurs et ex-fumeurs, des personnes fragiles des poumons ou qui ont des problèmes respiratoires chroniques. Elle est efficace contre l’enrouement, la toux, la bronchite et l’asthme. Prenez les feuilles en infusion, mais faites attention aux poils qu’elles laissent au fond de la tasse : ils peuvent irriter la gorge !

 

Fleur de trèfle rouge - Trifolium pratenseTrèfle rouge (Trifolium pratense)

Riche en calcium, le trèfle rouge est un tonique nerveux qui convient bien aux personnes souffrant de troubles d’accumulation toxique. Ses nutriments seront grandement appréciés par les enfants, les femmes (de la puberté à la ménopause), les aînés et les convalescents. Plante de la famille des légumineuses, elle est également riche en isoflavones protecteurs. On consomme l’infusion des fleurs ou des parties aériennes au complet, mais on évite de la prendre en même temps que des médicaments qui fluidifient le sang.

 

 

Framboisier (Rubus idaeus)

Les feuilles de framboisier sont sans doute les meilleures alliées des femmes. Nutritive et riche en minéraux, cette plante tonifie l’utérus et soutient les femmes qui ont des problèmes au niveau du système reproducteur : syndrome prémenstruel, crampes, menstruations surabondantes, endométriose, fibrome, infertilité, ptôse… Elle est aussi d’une grande aide pour les femmes enceintes ou qui allaitent. Elle tonifie l’utérus et enrichit le lait. De plus, grâce à son action astringente, elle apaise les maux de gorge et les petites diarrhées. On infuse les feuilles en se limitant à deux tasses par jour. L’infusion peut aussi servir de douche vaginale ou de compresse qu’on applique sur des blessures mineures ou des conjonctivites.

Astragale (Astragalus membranaceus)

Cette plante chinoise tonique maintenant cultivée ici vient en aide aux personnes soumises à un stress continu. Elle favorise un sommeil réparateur et le fonctionnement optimal du système immunitaire. Elle convient bien aux ados et aux adultes, en particulier aux gens qui ont tendance à toujours être malades. On prend la racine en décoction. Éviter en état grippal ou fiévreux.

Fleur de camomille - Matricaria recutitaCamomille allemande (Matricaria recutita)La camomille allemande favorise l’équilibre et l’harmonie. Ses fleurs tonifient et dynamisent autant le système digestif que les systèmes nerveux et reproducteur. La camomille une alliée quotidienne pour les personnes aux prises avec des indigestions, des ulcères, des maladies inflammatoires des intestins, du stress, de l’insomnie et des problèmes menstruels. Elle convient aux enfants qui percent leurs dents ainsi qu’aux personnes qui font de la fièvre. On fait une infusion courte, qu’on peut boire ou ajouter au bain pour apaiser les nerfs ou les inflammations de la peau. L’huile infusée des fleurs peut aussi être utilisée sur les plaies et les fesses irritées des bébés.

 

PLANTES POUR LES NERFS

En plus de l’avoine, du trèfle rouge et de la camomille allemande, qui agissent sur le système nerveux, on peut profiter de l’effet particulier des plantes suivantes .

Mélisse en fleurs - Melissa officinalisMélisse (Melissa officinalis

C’est la plante du lâcher prise, celle des personnes qui ruminent sans arrêt ou qui broient du noir. Elle détend, favorise le sommeil et la digestion et apaise la fièvre des enfants comme des adultes. Son action antivirale est intéressante en cas de grippe ou d’herpès. Prenez les feuilles en infusion courte, ponctuellement ou sur de longues périodes.

 

 

 

Fleur de pavot californien - Eschscholtzia californicaPavot de Californie (Eschscholtzia californica)

Sédatif et analgésique, le pavot de Californie est doux et puissant à la fois. À petite dose, il diminue l’anxiété. À forte dose, il aide à dormir en cas de stress intense et donne un répit en cas de douleur importante, qu’elle vienne d’un mal de tête ou d’une rage de dents. Il convient aussi très bien aux enfants, chez qui il agit comme un tonique. On prend la teinture de la plante entière ou de sa fleur, mais on l’évite si on déjà abusé d’opiacées. De fortes doses diminuent les facultés intellectuelles.

 

 

Scutellaire - Scutellaria laterifloraScutellaire (Scutellaria lateriflora

Tonique nerveux par excellence, la scutellaire atténue la douleur et calme les spasmes. Elle excelle dans les cas où le stress provoque des troubles de la concentration ou de la mémoire, de l’insomnie ou de l’hypertension. Elle est l’alliée des femmes souffrant d’irritabilité et de crampes prémenstruelles, ainsi que de toute personne en sevrage, que ce soit de sucre, d’alcool, de café, de tabac ou de drogue. Prenez la teinture des parties aériennes en fleur, ponctuellement ou sur de longues périodes.

 

 

 

Bétoine (Stachys betonica)  La bétoine est un autre tonique nerveux. Elle calme les tensions partout dans le corps et c’est une aide remarquable dans les cas de maux de tête, surtout ceux qui sont liés à une mauvaise digestion, car elle dynamise les fonctions digestives. La bétoine apaise les fortes douleurs, permet de réintégrer son corps plus facilement et de reprendre contact avec la réalité. Prenez la teinture des feuilles ou des parties aériennes à la floraison, ponctuellement ou sur de longues périodes.

 

 

 

PLANTES POUR LA DIGESTION

En plus de la camomille, de la mélisse, de la bétoine, du fenouil, de la cataire et du thym, inscrites dans d’autres catégories, voici des plantes qu’on utilise particulièrement dans les cas de problèmes digestifs.

Gingembre (Zingiber officinalis)

Le rhizome de cette plante tropicale est très utilisé pour dynamiser la digestion, particulièrement lorsqu’il y a gaz et ballonnements. De plus, c’est l’antinauséeux végétal le plus étudié ; on le dit même plus intéressant que le fameux médicament Gravol recommandé contre le mal des transports. Le gingembre soulage aussi des nausées de la grossesse, réchauffe et favorise la fièvre active et efficace. C’est un casse-grippe merveilleux, qu’on boit en décoction chaude dès les premiers symptômes. Ses vertus antiseptiques en font l’aliment de prédilection pour accompagner le poisson cru, car il s’attaque aux bactéries qu’on y retrouve. Le gingembre agit aussi sur la circulation sanguine et est d’un grand soutien en cas de varices. On l’utilise frais ou en poudre dans l’alimentation, en infusion, en décoction ou en teinture.

Pissenlit (Taraxacum officinalis)

La racine du pissenlit active le foie et le pancréas tout en favorisant le péristaltisme La racine du pissenlit active le foie et le pancréas tout en favorisant le péristaltisme (la contraction des muscles du système digestif pour faire avancer le bol alimentaire et plus tard évacuer les déchets). Elle est utile en cas d’indigestion, d’engorgement du foie, de mauvaise assimilation des aliments et de constipation. Elle aide aussi à équilibrer la glycémie. Douce mais tenace, elle convient même aux enfants. La feuille de pissenlit possède pour sa part des propriétés diurétiques. Riche en potassium, elle aide toute personne souffrant de rétention d’eau, d’hypertension ou de problèmes de peau. La racine se consomme en décoction ou en teinture, tandis que les feuilles se prennent en infusions. Elles sont également délicieuses en salades. Peu importe la forme, le pissenlit peut se consommer sur de longues périodes.

Lin (Linum usitatissimum)

La graine de lin est le laxatif doux le plus connu. Ses mucilages et ses fibres provoquent une évacuation efficace, sans provoquer de paresse intestinale à long terme. Faites tremper 1 cuillère à soupe de graines fraîchement moulues dans l’eau pendant une demi-heure et buvez le tout une ou deux fois par jour.

PLANTES POUR LES ENFANTS

Vous connaissez maintenant les vertus de l’avoine, du trèfle rouge, de la mélisse, du pavot de Californie et du pissenlit pour les enfants. Voici d’autres plantes particulièrement appropriées aux tout-petits.

Fenouil (Foeniculum vulgare)

Les graines de fenouil favorisent une digestion harmonieuse, diminuent la putréfaction et les crampes intestinales. Ellesexcellent en cas de gaz et de ballonnements. Ce sont les plus grandes amies des bébés sujets aux coliques. On peut utiliser le fenouil ponctuellement ou sur de longues périodes. Les bébés reçoivent de petites quantités d’infusion courte, tandis que la maman qui allaite p eut en consommer davantage. Le fenouil favorise la production de lait maternel chez la maman qui en prend.

Sureau (Sambucus nigra)  Cette antivirale est très utile en cas de grippe, de fièvre et de toute maladie infantile de nature éruptive (rougeole, roséole, varicelle). De plus, elle tonifie les muqueuses et convient à tout enfant ou adulte ayant le nez qui coule sans arrêt. Prenez une infusion courte des fleurs et buvez chaud en cas de fièvre.

Cataire (Nepeta cataria)

Cette herbe à chats reconnue pour stimuler nos minous, apaise les enfants en favorisant leur sommeil et en diminuant leur tendance à faire des cauchemars. Elle convient aux enfants turbulents, stressés ou malades, à ceux qui ont le bedon tendu ou une forte fièvre. Elle convient aussi aux adultes qui tournent en rond dans leur tête. Donnez aux enfants une infusion des parties aériennes en fleur ; pour les adultes, la teinture est plus appropriée.

Arnica (Arnica montana)

L’arnica ne s’utilise que par voie externe. On l’évite donc si la peau est abîmée. C’est la plante miracle pour soigner les petits bobos des enfants actifs. L’application de la teinture ou de l’huile macérée des fleurs sur les foulures et les parties du corps qui ont reçu un coup n’a pas fini d’épater… L’arnica favorise en effet la guérison rapide des tissus lésés, diminue la douleur et l’enflure et freine la formation d’ecchymoses.

PLANTES ANTISEPTIQUES

En cas d’infection, n’oubliez pas que le repos constitue au moins la moitié du remède. Les plantes antiseptiques ne sont généralement pas aussi puissantes que les antibiotiques pharmaceutiques et la personne aux prises avec une infection doit se reposer si elle veut reprendre le dessus.

 

Ail (Allium sativum)

Ce puissant antibactérien est également antifongique. Il est aussi intéressant que certains antibiotiques pharmaceutiques pour les infections respiratoires. Il traite également très bien les infections digestives, les vers intestinaux et les infections vaginales. Il faut idéalement manger de deux à cinq bulbes d’ail cru au cours de la journée. Il suffit pour ce faire de les broyer et de les mettre dans de l’eau pour les avaler. Répétez quelques jours de suite au besoin, mais réduisez votre consommation ou stoppez quelque temps si votre estomac se montre fragile. On peut aussi utiliser l’ail extrait dans le vinaigre par voie interne ou en compresse sur la peau. Ce vinaigre peut être utilisé en cas de vaginite (10 gouttes dans la poire vaginale remplie d’eau) ou sous forme de produit d’hygiène nasale en cas de sinusite (cinq gouttes dans un litre d’eau).

 

Thym (Thymus vulgaris)

Ce condiment est tout à fait indiqué en cas d’infection respiratoire et de troubles digestifs accompagnés de gaz et de ballonnements. On l’utilise aussi en externe pour nettoyer les plaies, on l’inhale lorsqu’il y a congestion nasale ou on s’en fait un bain de vapeur en cas d’acné dans le visage. De plus, le thym réveille et stimule les fonctions nerveuses. Buvez ou appliquez par voie externe l’infusion courte des feuilles sèches. Pour inhaler ou prendre un bain de vapeur, déposez les plantes sèches dans un bol, versez-y de l’eau bouillante, recouvrez d’une serviette et mettez la tête dessous en respirant à fond par les narines. Pour les soins de la peau, exposez le visage à la vapeur.

 

Usnée - Usnea barbataUsnée (Usnea esp.

Ce lichen antiseptique peu connu pousse dans nos forêts nordiques. Lui aussi est antibactérien et antifongique. Il traite particulièrement bien les infections pulmonaires et génito-urinaires. On utilise la teinture du lichen par voie interne ou en l’appliquant directement sur un pied d’athlète ou un impétigo, ou encore diluée pour en faire une douche vaginale ou un produit d’hygiène nasale.

 

Fleurs de calendule - Calendula officinalisCalendula (Calendula officinalis)

Cette plante est une des plus polyvalentes de notre trousse. Par voie interne, elle est utile en cas de grippe, de congestion lymphatique, de fièvre et d’inflammation de la bouche, de la gorge ou de tout le système digestif. Elle diminue l’inflammation, soigne les muqueuses et élimine les bactéries, virus et champignons. Par voie externe, on l’utilise sur la peau pour combattre les inflammations, les infections ainsi que les conjonctivites et pour désinfecter les blessures. La calendula peut aussi servir de douche vaginale et de produit d’hygiène nasal. Utilisez les fleurs en infusion ou en teinture.

 

PLANTES POUR UN USAGE EXTERNE

Prenez note qu’il faut toujours appliquer ces plantes sur des plaies propres, sans quoi elles pourraient accélérer la fermeture d’une lésion par-dessus des corps étrangers ou une infection ! En plus des plantes présentées dans cette section, voyez aussi ce que peuvent faire pour vous l’avoine, le framboisier, la camomille, l’arnica, le thym, l’usnée et la calendula.

Fleurs de plantain - Plantago lanceolataPlantain (Plantago major)

Cicatrisant le plus polyvalent, le plantain favorise la guérison rapide de toute forme de plaie ou d’inflammation. Il resserre les tissus, soulage de la douleur et de la démangeaison. C’est le grand ami des personnes souffrant de piqûres d’insectes ou d’hémorroïdes. Si vous pouvez identifier la plante fraîche (dans toutes les pelouses non traitées), le cataplasme de feuilles fraîchement mâchées arrête les réactions aux piqûres et morsures : il tire le poison, les corps étrangers et la chaleur vers l’extérieur, il soulage et guérit rapidement. Pris par voie interne, le plantain est utile en cas de troubles chroniques des muqueuses respiratoires ou digestives (rhume, rhume des foins, toux, asthme, sinusite, ulcère, diarrhée, maladies inflammatoires de l’intestin, constipation…), car il normalise la production de mucus et arrête les saignements. Toujours par voie interne, le plantain neutralise et élimine les poisons et toxines qu’il rencontre dans le corps. C’est intéressant pour les personnes souffrant de troubles de la peau ou en cas d’empoisonnement aux métaux lourds. Prenez la feuille de plantain en teinture, sous forme d’huile infusée ou en onguent.

Fleurs de millepertuis - Hypericum perforatumMillepertuis (Hypericum perforatum

L’usage du millepertuis par voie externe est plutôt négligé depuis quelques années. Or il est fabuleux pour la cicatrisation. C’est une plante de premiers soins. Le millepertuis diminue l’inflammation, accélère la guérison, tient les bactéries au loin et fait la vie dure aux virus. Il traite particulièrement bien les brûlures et l’herpès. De plus, il apaise les muscles courbaturés et guérit les nerfs traumatisés. On l’utilise en cas de douleur, de perte de sensation, d’engourdissement ou de fourmillement. Pour toutes ces vertus, on se sert de l’huile infusée des fleurs, appliquée abondamment. On peut aussi la prendre par voie interne, à jeun, pour traiter un ulcère gastrique. Il est enfin possible d’utiliser la teinture sur l’herpès : ça chauffe, mais c’est très efficace !

Chou (Brassica oleracea)

Cet aliment commun fait des merveilles. Il tire la chaleur et l’infection vers lui, il refroidit et apaise les tissus, il décongestionne et favorise la guérison. Il est très utile en cas de plaie, d’ulcère, de brûlure, d’inflammation et de mastite. Il suffit de prendre une ou plusieurs feuilles fraîches, d’enlever la veine majeure et de l’écraser avec un rouleau à pâte ou une bouteille jusqu’à ce que la feuille soit humide. Appliquez directement sur la partie à traiter, recouvrez d’un linge et changez aux deux heures. Notez enfin que le chou rouge est plus efficace que le vert, mais il tache davantage.

LAISSEZ-VOUS ALLER

Je souhaite que vos découvertes avec les plantes soient enrichissantes et inspirantes. Pour moi, le chemin de l’herboristerie et de la phytothérapie en est un d’émerveillement et de gratitude inlassables. Il ouvre des portes inattendues et permet une réconciliation profonde avec l’environnement. Ce cheminement est le droit fondamental de tout être humain vivant sur cette planète merveilleuse. À vous maintenant de le découvrir !

RESSOURCES

Pour vous aider à choisir les plantes les mieux adaptées à votre état de santé général ou pour traiter des maladies graves, consultez un ou une herboriste ou tout autre praticien de la santé qui connaît bien les plantes médicinales.

 La Guilde des herboristes vous aidera à trouver des écoles et des thérapeutes dans ce domaine : info@guildedesherboristes.org ou (514) 990-7168.

Les livres suivants sont particulièrement intéressants car ils présentent un grand éventail de plantes et les sections sur la préparation des produits d’herboristerie sont bien faites.

  • Encyclopédie des plantes médicinales, Andrew Chevallier, Sélection Reader’s Digest, 1997.
  • Les plantes médicinales, encyclopédie pratique, Penelope Ody, Sélection Reader’s Digest, 1995.

Vous voulez en savoir plus ?